Actualités

Royal Opera House testimonial

 
 

Le Royal Opera House du Covent Garden londonien est un foyer artistique célèbre dans le monde entier, qui abrite les illustrissimes compagnies du Royal Opera et du Royal Ballet. Les plus grands noms de la danse et de l'opéra sont passés sur ses planches mais beaucoup ignorent que derrière les décors, une armée tout aussi talentueuse de techniciens, designers et producteurs est chargée de guider chaque production sur la voie du succès.

Le théâtre peut sembler engoncé dans ses traditions mais la façade victorienne du Royal Opera House cache des innovations uniques à la pointe de la modernité. Avec l’aide de la technologie de NVIDIA en effet, ce théâtre est devenu la première salle de spectacle au monde à faire de la réalité virtuelle (VR, virtual reality) un élément clé de son processus de conception de productions.

DÉFI

Si le Royal Opera House actuel remonte à 1858, le premier théâtre érigé sur le site de Covent Garden le fut en 1728. Au cours de son histoire plus que centenaire, le théâtre a su évoluer pour survivre, en exploitant les développements artistiques et technologiques pour maintenir ses standards élevés au fil des fluctuations des goûts du public et des exigences financières.

La transformation la plus récente du Royal Opera House est le résultat d’un vaste programme de rénovation qui s’est déroulé entre 1997 et 2000. L’objectif de ce projet ambitieux était la réalisation d’un théâtre plus accessible et, ce, en termes d’accès physique et de pouvoir d’attraction pour le public, comme en termes de capacité de production.

L’un des défis à relever était la modernisation des processus de production clés et, notamment, de la conception de l’éclairage. Il fallait de par le passé une équipe complète et des heures de travail sur scène pour programmer les 200 projecteurs mobiles de la scène. Mais, les productions devenant toujours plus complexes et les temps toujours plus réduits, les techniciens du théâtre se devaient de trouver une nouvelle façon de travailler.

Solution

Leur solution a joué la carte de l'innovation. Il s’agit en effet d’une version virtuelle du Royal Opera House, boostée par la technologie NVIDIA Quadro, dans laquelle les modifications de l’éclairage et des décors peuvent être conçues et animées en un clic de souris.

Il a fallu deux ans de travail à l’équipe de l’opéra, sous l’égide de David Harvey et George Panait, pour réaliser un modèle extrêmement fidèle de l’auditorium du Royal Opera House. Ceci leur a permis de « cloner » la scène principale dans leur installation de VR, en créant de la sorte un environnement dédié dans lequel les concepteurs de la production sont à même de parfaire le look de leurs créations.

La séquence finalisée des mouvements d’éclairage est utilisée pour programmer la console d’éclairage qui contrôle les lampes de l’auditorium principal et répliquer pour de vrai l'éclairage créé sur la scène virtuelle.

Créée à l’origine comme un outil de conception d’éclairage, l’installation de VR s’est démontrée idéale pour la coordination des changements de décor et le déplacement des éléments du décor sur la scène. La scène virtuelle peut être vue sous la perspective de n’importe lequel des fauteuils de la salle, ce qui permet aux concepteurs d'évaluer leur travail sous l'angle de vue du public avant de répéter.

Le responsable de l’éclairage David Harvey explique : « Notre système utilise deux GPU NVIDIA Quadro XP4500 au sein d’une configuration à carte mère Asustek tournant sous le logiciel ESP, ce qui signifie que nous tirons partie de la technologie SLI de NVIDIA. Nous cherchons constamment à obtenir des animations plus fluides et des modèles plus détaillés, du coup la vitesse accrue du SLI revêt pour nous une importance particulière.

Impact

« La technologie n’est pas un but en soi, il ne serait tout simplement pas possible à l'Opera House de fonctionner comme il le fait sans notre installation de VR » poursuit David Harvey.

« La puissance de la technologie de NVIDIA fait que notre scène virtuelle a toutes les propriétés de son homologue réelle. Nous pouvons déplacer les lampes, créer des effets spéciaux et voir les ombres, le tout en temps réel. Ce haut niveau de réalisme rend le processus de conception très intuitif.

« Par exemple alors que l'éclairage et les mouvements du décor d'une production complexe telle que la Belle au bois dormant auraient pris autrefois un temps considérable, il suffit maintenant à l’équipe de conception de passer quelques heures dans la salle de VR pour donner vie à ses idées.

« Cette technologie ne nous permet pas seulement d’économiser du temps et de l’argent, elle a réellement amélioré le contenu artistique de nos productions. Notre relation avec NVIDIA nous aide à consolider la position du Royal Opera House à l’avant-garde de la technologie théâtrale ».



 
 
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest