Actualités

NVIDIA Maximus a changé la vie professionnelle et personnelle du fondateur de Digital Spatula
ESPN

Au début d'une émission de sport à la télévision, un logo métallique 3D ESPN très travaillé part d'un angle de l'écran, pivote et s'éloigne du téléspectateur. À un salon de l'électronique, Toshiba lance une nouvelle ligne d'ordinateurs portables et présente une vidéo mettant en avant les fonctions avancées des produits. Les offices de tourisme de Californie et d'Italie présentent des vidéos constituées de magnifiques images locales pour attirer les visiteurs dans leur région.

Quel est le point commun entre ces éléments ? Tous sont des projets réalisés par Steve Taylor et Digital Spatula, une société de production audiovisuelle fondée en 1997 et basée en Californie du Sud. Depuis sa création, Digital Spatula offre des services complets de préproduction, production et postproduction à des clients tels que CNN, BMW, Toshiba, Jaguar/Land Rover, Johnson & Johnson et l'équipe de baseball des California Angels.

La grande partie du travail de Digital Spatula est destinée aux sociétés et clients industriels. La société s'occupe des sorties de nouveaux produits, des présentations de sociétés et des vidéos diffusées sur les stands de salons. Elle réalise également des vidéos d'entreprise pour des organisations à but non lucratif, des effets spéciaux pour les productions TV et les films et, parfois, des clips musicaux.

« Nous sommes spécialisés dans des projets qui présentent un élément visuel à fort impact et que l'on peut considérer comme gourmands en graphismes générés par ordinateur, » explique Taylor. « Mon savoir-faire, mon expérience et ma passion reposent sur l'association de l'édition vidéo et du motion design. Parfois, je mets des contenus vidéo dans mes créations numériques, et d'autres fois, j'utilise les effets numériques pour soutenir mes séquences vidéo. Tout cela implique beaucoup de travail sur écran vert, beaucoup de calques d’infographie et beaucoup de rendu. »

La complexité et le volume des projets de Digital Spatula poussaient la technologie du studio au-delà de ses limites. C’est alors que NVIDIA® Maximus™ fut présentée à Taylor. Sa qualité de vie professionnelle et personnelle s'améliora alors de façon exponentielle.

DÉFI

Taylor s'appuie principalement sur les logiciels Adobe Premiere Pro et After Effects, respectivement pour l'édition vidéo par timeline et pour le motion design/la composition. Il utilise également le logiciel Maxon Cinema 4D pour créer des textes en mouvement 3D en ray tracing, pour les génériques et les animations de logo. Il souhaitait passer aux versions Creative Suite (CS) 6 des applications Adobe, mais son Mac Tower, équipé d'une carte graphique d’entrée de gamme, l'empêchait d'utiliser ces nouvelles fonctions CS6, particulièrement avec After Effects.

Italy Travel

Même avec les versions CS5 s'exécutant sur son Mac, Taylor passait un temps excessif à attendre la fin des rendus Maxon Cinema 4D. After Effects et Premiere Pro devant être exécutés séparément et la fusion des éléments demandait beaucoup trop de travail, par exemple lorsqu'il s'agissait d'associer les images de Cinema 4D et le flux vidéo de Premiere Pro. Par conséquent, Taylor était limité dans la quantité de travail qu'il pouvait accepter et le nombre d'itérations qu'il pouvait réaliser pour perfectionner les graphismes. Son processus de création était fragmenté par des temps de rendu trop longs.

« Je veux être productif dans mon travail et offrir la meilleure qualité possible, mais je recherche aussi une excellente qualité de vie, » explique-t-il. « Je ne peux atteindre aucun de ces objectifs si je reste coincé à attendre qu'une barre de rendu arrive à la fin. »

SOLUTION

En tant que bêta testeur pour Adobe, Taylor a découvert qu'un passage à la plateforme NVIDIA® Maximus™ – associant des cartes graphiques NVIDIA Quadro au processeur graphique NVIDIA Tesla C2075 – lui permettrait de tirer parti des dernières et meilleures fonctions d’After Effects, mais rendrait également plus utiles toutes les applications CS6 et leurs différents effets.

Taylor a mis à niveau ses logiciels After Effects et Premiere Pro avec les versions CS6 et a installé dans son studio un poste de travail HP Z800 équipé de la plateforme Maximus, avec un GPU Quadro 4000 et le processeur Tesla C2075.

Il a immédiatement commencé à tester les performances du nouveau système Maximus pour des tâches telles que la création d'effets graphiques complexes en mouvement 3D, ou le déplacement de logos pour les rendre photoréalistes. Ces tâches nécessitaient du ray tracing, une stabilisation Warp, une correction de couleurs multi-couches, du rendu, et d'autres fonctions complexes. Il commença également à tester l'environnement logiciel consolidé de CS6.

Il découvrit très rapidement que les améliorations de performance, comparées à son ancien système, étaient tout simplement incroyables.

IMPACT

« Le système Maximus a changé ma vie, » déclare Taylor. « Depuis la première seconde où nous l'avons exécuté, nous avons remarqué une augmentation incroyable de la puissance et de la vitesse, grâce à l'association logicielle et matérielle. Cette technologie a révolutionné ma vie professionnelle et personnelle. »

Taylor a configuré un projet de test utilisant After Effects et visant à créer des formes et textes extrudés, sachant qu'il devrait fréquemment utiliser cette fonction. Il a affiché les mêmes 31 images (soit un clip vidéo d'environ une seconde) simultanément, avec les mêmes paramètres, sur le système Mac sans traitement CUDA et sur le nouveau système Maximus.

« Le test a mis le système Mac complètement K.O., » explique-t-il. « Tout d'abord, j'ai constaté une augmentation de 48X dans la vitesse de rendu, mais j'ai ensuite réalisé que seule la carte Quadro était dédiée au traitement CUDA. En utilisant les cartes Quadro et Tesla, les vitesses de rendu sont devenues 68X plus rapides par rapport au Mac. »

Voici une comparaison des temps de rendu entre l'ancien workflow et le workflow Maximus de Digital Spatula, d'après les tests de Taylor :

Ancien workflow

Workflow Maximus

Clip vidéo 1 secondes

4 heures

3,5 minutes

Clip vidéo 15 secondes

60 heures

52,5 minutes

Vidéo 1 minute

240 heures*

3,5 heures

* équivalent à 30 journées de huit heures

De plus, le système Maximus a permis la lecture en temps réel des clips faisant l'objet d'effets complexes, ce qui était auparavant impossible pour Digital Spatula. La plateforme NVIDIA a également permis à Taylor de réaliser tout son travail via une seule suite d'applications, grâce à Adobe Creative Suite 6.

« Le temps de rendu plus rapide offert par le système Maximus a radicalement accéléré mon processus créatif, » se réjouit Taylor. « Si je peux concevoir, visualiser et obtenir rapidement un rendu en pleine résolution, apporter des modifications et générer un nouveau rendu, le tout sans avoir à perdre des demi-journées de pause, je peux augmenter le nombre d'itérations sur un projet sans perdre mes pensées créatives en chemin. Au final, tout cela mène à un travail de haute qualité. Maintenant que mes limites matérielles ont été repoussées, je peux aller là où mon esprit m'emmène, créativement parlant. »

Cela signifie également que Taylor peut accomplir plus de travail en moins de temps. « Je peux accepter plus de travail et générer plus de revenus en un mois ou une semaine », explique Taylor. « Je peux aussi facturer davantage mon travail, grâce à une qualité supérieure. »

Taylor a calculé que le système Maximus était rapidement rentabilisé. « Selon moi, la possibilité d'accepter deux missions supplémentaires couvre le prix du système, » raisonne-t-il. « Le retour sur investissement pour la somme dépensée dans ce système est fortement multiplié. »

Cependant, le changement le plus profond a peut-être porté sur la qualité et la vie personnelle de Taylor.

« Je peux maintenant faire autre chose de mon temps, plutôt que d'attendre la fin du rendu des images », explique-t-il. « Je peux passer plus de temps avec ma famille et je peux m'adonner à des choses importantes pour moi. Je peux enfin prendre du temps pour faire du bénévolat pour des organisations à but non lucratif. J'ai toujours voulu le faire mais ne pouvais même pas y penser auparavant. Je ne peux pas exprimer combien il est appréciable de pouvoir utiliser mes ressources, mon savoir-faire et mon expertise pour aider ces organisations à but non lucratif. Je suis très heureux car le système Maximus me permet d'être plus fidèle à mon sens du devoir envers le reste du monde. »