Actualités

NVIDIA Maximus change la donne pour Dawnrunner Productions lors de l’édition 2012 de la Game Developers Conference.
game-developers-choice-awards.jpg

Les réalisateurs numériques les plus exigeants cherchent sans cesse à repousser les limitations technologiques. Certaines sociétés comme Dawnrunner Productions l’ont bien compris. Ce studio, basé à San Francisco, s’est fait connaître en créant des films et des contenus vidéo projetés dans le cadre de festivals internationaux, des animations de haute qualité pour les cérémonies de remises de prix, des publicités innovantes, des vidéos d’entreprise et des clips musicaux. Dawnrunner Productions contribue également au renouveau de l’industrie cinématographique dans la région de la Baie de San Francisco.

Depuis quatre ans, Dawnrunner Productions est chargé du motion design et de la création des effets spéciaux 3D affichés sur les grands écrans de la Game Developers Conference (GDC), un salon professionnel qui inclut également les cérémonies des Game Developers Choice Awards et de l’Independent Games Festival (IGF). Ces événements renommés distinguent les acteurs majeurs de l’industrie du jeu vidéo. Pour rendre honneur à ces professionnels qui manient créativité et technologie à la perfection, il faut faire appel à des solutions graphiques du même niveau.

« Tous les ans pendant la GDC, nous repoussons nos limites en travaillant sur des projets de plus en plus complexes et ambitieux, » déclare Geoff Peck, vice-président du département Technologie chez Dawnrunner Productions et responsable des effets techniques et visuels du studio. À la veille de l’édition 2012, Dawnrunner a dû faire face a un défi de taille qui aurait pu compromettre l’ensemble du projet, mais l’a relevé avec succès grâce à la plateforme NVIDIA® Maximus™.

DÉFI

Pour la cérémonie 2012 des Game Developers Choice Awards, les animations 3D de Danwrunner (incluant des séquences vidéo des jeux nominés) devaient être projetées sur des écrans circulaires à rétroéclairage LED de 32 pouces de diamètre. Cette année, Dawnrunner a choisi d’utiliser un style graphique s’inspirant de l’univers du groupe Pink Floyd et mettant en scène un environnement post apocalyptique avec des éclairages variés et des lumières vives, dans lequel l’eau s’est transformée en métal liquide.

Pour créer ses vidéos 3D, Dawnrunner a utilisé - pendant environ un mois - un workflow utilisant trois applications principales : 3D Studio Max pour la création et le rendu des modèles 3D ; le logiciel Autodesk avec Adobe After Effects (dans la suite Adobe Creative Suite version 5.5) pour le traitement numérique et le compositing ; et le logiciel d’édition vidéo Adobe Premiere Pro (lui aussi inclus dans la suite Adobe CS 5.5) pour l’édition finale et l’assemblage des contenus vidéo (y compris les bandes-annonces des jeux nominés et les clips vidéo complémentaires).

« Dans le cadre de ce projet, nous avons assemblé une ferme de rendu dotée d’une grande puissance de calcul afin de créer des contenus vidéo complexes et détaillés, » explique Peck. Malgré tout, le moindre changement sur des contenus précédemment créés impliquait de retravailler la scène correspondante, de lancer la procédure de validation et d’attendre jusqu’à trois heures pour générer le nouveau contenu. En cas de changement insatisfaisant, c’était trois heures de perdues. De plus, le temps était compté.

Pour les éditions précédentes de la GDC, Dawnrunner avait pris pour habitude de structurer les presque deux heures d’animations 3D du show en petits segments reliés par des transitions spéciales. « Cette année, UBM TechWeb – le producteur des cérémonies de la GDC et notre client sur ce projet - nous a demandé de connecter l’ensemble des vidéos en un seul flux homogène » déclare James Fox, directeur de Dawnrunner et véritable tête pensante du studio. « Cela impliquait donc d’utiliser un workflow intensif nous permettant de créer un seul fichier vidéo de deux heures. »

La nuit précédant la cérémonie, Dawnrunner a eu l’opportunité de tester son flux vidéo sur le système de projection du site.

« Nous avons découvert avec stupeur une anomalie technique imprévue ; à savoir une incompatibilité de format qui provoquait un problème de rendu graphique. Les images étaient projetées en trop grand format pour l’écran de 32 pouces, » précise Peck. « Ce souci d’ordre technique signifiait que nous devions retravailler l’ensemble des contenus vidéo directement sur place, pour que tout soit prêt dans les temps pour le lendemain. »

De plus, les représentants d’UBM TechWeb ont réalisé que la police de caractères utilisée pour la production vidéo du show ne leur convenait pas, car les lettres étaient trop grandes une fois à l’écran. Il fallait donc également reprendre l’ensemble du texte.

« Comme vous pouvez l’imaginer, changer de police pour une présentation vidéo de deux heures n’a rien à voir avec la modification d’une diapositive sous PowerPoint, » souligne Peck. « À cinq heures de l’après-midi, soit moins de 24 heures avant le début du show, nous vivions un véritable cauchemar. En si peu de temps, il nous était mathématiquement et matériellement impossible de recréer l’ensemble des contenus visuels avec notre équipement. Nous avons dû revoir nos priorités et déterminer ce que nous pouvions faire et ce que nous devions sacrifier. »

SOLUTION

« Quand nous pris connaissance de ce changement de dernière minute, notre première réaction a été la panique, » avoue Fox. « Nous avons envisagé de retourner au studio, de démonter notre ferme de rendu et d’emmener avec nous nos stations de travail et notre serveur, afin d’effectuer les tâches de rendu directement sur place, pendant le déroulement du show. »

Geoff Peck a alors eu une idée. Quelques semaines plus tôt, Dawnrunner avait commandé un système NVIDIA Maximus, qui avait été installé sur une station de travail Dell Precision T7500. La technologie NVIDIA Maximus™ est un véritable pas en avant en matière de production numérique multimédia. Elle permet à un poste de travail générique de fournir un rendu immédiat des scènes complexes (grâce au GPU NVIDIA Quadro™) mais aussi d'exploiter la puissance de calcul parallèle du processeur NVIDIA Tesla™ C2075 intégré pour exécuter de nombreux calculs intensifs simultanément.

Peck et Fox avait emmené avec eux le système Maximus pour, selon Peck, « le tester pendant la GDC et exécuter des benchmarks dès qu’on aurait eu un temps libre pendant le show. »

« Geoff m’a proposé d’utiliser le système Maximus pour la modification de dernière minute de nos contenus vidéo, » explique Fox. « Nous commencions à suffisamment connaître cette technologie de NVIDIA pour savoir les merveilles qu’elle pouvait faire. De toute façon, nous n’avions pas d’autre alternative. Il fallait qu’on tente le coup. »

Dawnrunner Productions a configuré le système Maximus pour répartir la charge de travail entre les trois applications principales : plus spécifiquement, 3D Studio Max et After Effects allaient exploiter la puissance des GPU Quadro alors que Premiere Pro serait optimisé par la carte Tesla.

IMPACT

« Je ne saurais dire à quel point nous avons été conquis par la plateforme Maximus... Elle peut tout faire ! Tout fonctionne à merveille sans bug ou ralentissement et les tâches logicielles sont parfaitement équilibrées. De plus, nous pouvons travailler en temps réel, » s’enthousiasme Fox.

Peck a installé le système Maximus en coulisse et a effectué les changements requis, qui s’affichaient instantanément via le système de projection vidéo. Les résultats étaient visibles quasi instantanément sur les écrans géants du show. Avec 3D Studio Max et Iray, Peck a effectué les changements requis de composition et de cadrage, qui se sont affichés en temps réel, puis il a transféré les résultats vers After Effects pour modification et validation, tandis qu’il repassait dans 3D Studio Max pour travailler sur la séquence suivante. Simultanément, il pouvait effectuer les travaux d’édition dans Premiere Pro. Toutes ces tâches étaient exécutées en temps réel et en simultané.

« Grâce au rendu en temps réel, nous savions immédiatement si nos changements étaient appropriés, ce qui nous a permis de gagner un temps précieux, » précise Peck. « En quelques minutes, nous avons pu finaliser nos contenus vidéo, alors que cela nous aurait pris plusieurs heures auparavant. »

Le pipeline d’origine de Dawnrunner Productions leur aurait imposé deux ou trois jours de travail, avec des allers-retours incessants entre chaque application pour chaque opération de rendu, de vérification et de modification. Si Dawnrunner avait utilisé son pipeline d’origine pour respecter les délais imposés par le client, il aurait fallu faire des compromis et faire l’impasse sur certaines procédures de test.

Grâce à Maximus, les équipes de Dawnrunner ont bouclé tous les changements et les tests fonctionnels dans les temps. Peck a même pu ménager ses heures de sommeil, une grande première après des années de travail dans le stress, tout cela grâce au système Maximus ! « Cette année, nous avons effectué dix fois plus de modifications que par le passé et nous avons accéléré notre workflow, via le système Maximus. »

Comme les contenus vidéo étaient peaufinés à la perfection et que les tests se sont déroulés plus vite que prévu, les équipes de Dawnrunner ont pu se reposer et profiter du show. « Pour la toute première fois, nous avons arrêté de nous ronger les ongles et d’espérer que tout se passe bien pendant la cérémonie, » explique Peck.

L’autre avantage du système Maximus, c’est qu’UBM TechWeb - le client de Dawnrunner – a pu assister aux changements en direct et valider chaque décision. « Notre client a été rassuré et nous allons pouvoir renouveler notre partenariat grâce à cette expérience fructueuse, » confirme Fox. « Le succès global des Game Developers Choice Awards devrait également nous aider à conclure d’autres partenariats. Notre investissement dans le système Maximus va être rentabilisé très rapidement. »

La technologie Maximus et ses capacités ont su convaincre Dawnrunner alors que le studio se trouvait dans une situation difficile. Elle a largement prouvé son utilité.

« Nous sommes avant tout des réalisateurs. Nous voulons donner vie à nos créations de la plus belle des manières, » déclare Fox. « Dans 99,98 % de nos projets antérieurs, nous avons dû faire des sacrifices créatifs en raison des limitations techniques. De petits studios comme le nôtre ne peuvent pas se le permettre. Pour nous, la créativité est l’une des valeurs les plus importantes. Nous sommes convaincus que le système Maximus a changé la donne pour nous, aussi bien en termes de créativité que de compétitivité. »

« L’un de nos objectifs est de faire briller l’industrie cinématographique de San Francisco sur la scène nationale et internationale, » ajoute-t-il. « Le système Maximus, aussi bien pour Dawnrunner que pour d’autres studios locaux, devrait permettre de mettre en avant la production audiovisuelle dans la région de la Baie de San Francisco. »